Abbaye de Jouques

Situation géographique

Sur les hauteurs d’un plateau surplombant la vallée de la Durance, à une vingtaine de kilomètres d’Aix-en-Provence, l’Abbaye Notre Dame de Fidélité abrite une communautés de moniales vivant selon la règle de Saint Benoît à proximité du village de Jouques.

L’abbaye et la communauté aujourd’hui

La communauté compte aujourd'hui quarante-cinq sœurs, âgées de 22 à 90 ans. Elle possède un important atelier d'hosties, ainsi qu'un atelier de reliure et un artisanat varié. Comptoir des Abbayes vous propose le vin rouge de l’Abbaye de Jouques lors de la restauration le midi ou en boutique, ainsi que du miel de noisettes, des amandes entières, des confitures aux parfums surprenants, de la tapenade et de l’huile d’olive, des savons au miel et à la lavande, et de l’eau de lavande.

Histoire

Le monastère Notre Dame de Fidélité est fondé en1967, à proximité du village de Jouques. Envoyé par l'Abbaye Saint Louis du Temple à Limon (Essonne), un petit groupe de moniales s'installe au Pey de Durance dans des bâtiments de ferme qu'entourent plusieurs hectares de vigne. Ensuite, une grande période de travaux a permis la construction de l’église. La bénédiction de l’église a eu lieu en 1969, ce qui a permis d’ouvrir le noviciat dès l’année suivante. En 1981, le monastère est érigé en abbaye : la communauté élit Mère Gabrielle de Trudon comme première abbesse. En 1984 a lieu la dédicace de l'église abbatiale. Un groupe de moniales a été envoyé en fondation à Rosas dans les Hautes-Alpes pour la construction du monastère Notre Dame de Miséricorde en 1991. En réponse à l'appel de l'évêque de Natitingou (nord du Bénin), le monastère Notre Dame de l'Ecoute est fondé en 2005. Mère Gabrielle de Trudon démissionne en 2011 et c’est Mère Teresa Dardaine qui devient deuxième abesse jusqu’en 2013, où Mère Marie Monique Guttin est nommée comme Prieure Administratrice.

Le travail

Le travail des sœurs, ce sont d'abord tous les services de l'existence quotidienne d'une grande famille. La cuisine, la buanderie, le réfectoire ; l'entretien des vêtements, des bâtiments, des abords du monastère, le verger, la ferme et le potager ; l'économat, la bibliothèque…

Il faut aussi assurer la subsistance de la communauté et les revenus indispensables. Divers artisanats y pourvoient (enluminure, fabrication de confitures), ainsi que la culture de la vigne, de la lavande, des oliviers, et un rucher.

Depuis notre fondation, nous cultivons une dizaine d'hectares de vigne (grenache, merlot, uniblanc, cinsault essentiellement).

Au fil des années, nous avons aussi planté sur le domaine de l'abbaye un important verger, de la lavande, et nous avons installé des ruches. Plus récemment, nous avons retrouvé une ancienne oliveraie que la pinède avait fini par étouffer : les plants d'oliviers, déplacés et replantés, couvrent désormais presque 2 hectares. Les fruits du verger (abricots, prunes, amandes), le raisin, les olives et la lavande, comme toutes nos plantations, sont cultivés naturellement au soleil de Provence. Nos ateliers d'édition et de reliure nous permettent de vous proposer un choix de livres, images et carte de vœux.